<hier>Weblog</hier>

Ce site sera plus agréable avec un navigateur supportant les standards du web, mais il est quand même accessible par tous les navigateurs.

Mercredi 27 octobre 2021

A propos

RSS

email mais attention : remplacez .at. par @ back home

Creative Commons License

Optez pour un bon navigateur : Mozilla

Mardi 6 Novembre 2001

Une discussion débridée s'est établie entre Karl, Tara, Steph, ..., et moi sur le thème "l'éducation".

Karl prône l'éducation "libertaire", qu'il défini comme non laxiste mais basée sur le dialogue avec l'enfant :

Une éducation libertaire n'est pas une éducation où on n'abandonne pas, bien au contraire, c'est l'éducation de l'apprentissage de la responsabilité. Être strict, c'est se déresponsabiliser de son éducation. C'est toujours plus facile d'instaurer des barrières non expliquées, plutôt que de justifier à son enfant, ce que l'on fait et de passer par le dialogue.

Je l'avais taquiné sur le fait qu'il n'a pas encore d'enfant, et que tous ces beaux principes s'écroulent un peu lorsqu'on devient parents.

Ceci dit, je ne suis pas en désaccord fondamental. Je crois être stricte sur certaines choses, mais ce n'est jamais gratuit car c'est justifié. Je dis "justifié" dans le sens que j'y apporte une explication. Mais cette justification est évidemment donnée en fonction de ce que nous supportons.

Par exemple, je ne supporte pas qu'on nous coupe la parole. Les enfants le font souvent, pas par malice, mais parce qu'ils sont dans leur monde et qu'il n'ont pas encore notion du monde des autres. Ce qu'ils disent ou ce qu'il font est plus important que tout le reste, ils vivent dans leur instant présent. Inévitablement, le "tu n'as pas l'impression de déranger !?" cinglant sort à tous les coups.
Mais ! : dans le sens contraire, si c'est un adulte qui coupe la parole à un enfant, je ne le supporte pas plus. Peut-être même moins encore, car il y a dans cette réaction une notion de mépris assez déplaisante.

Tout devrait être dans une question d'équilibre : il faut expliquer, mais trop d'explications tuent l'explication. A un moment ou à un autre, il y a des limites à fixer. Les enfants ne sont pas bêtes, quand ils trouvent un faille, ils s'y engouffrent. Si cette faille grignote notre propre espace de liberté, il faut dire stop ! Certains n'iront jamais flirter avec ses limites, d'autres se feront un malin plaisir à les reculer sans cesse.

Mais je reste quand même prudente : je n'ai pas la prétention de détenir la vérité. Si j'avais trouvé la méthode idéale pour éduquer, ça se saurait : j'aurais déjà écrit un livre et je serais reçue sur tous les plateaux de TV.
D'autres bien plus spécialistes s'y sont déjà essayé et il semble qu'aucune méthode ne soit vraiment miraculeuse, dans le sens où ça ne marche pas à 100% avec tous les individus.

L'éducation est et restera un numéro d'équilibriste. Les rapports humains sont de toute façon difficiles, et en temps que parents nous faisons toujours des erreurs. Le plus important est peut-être de le reconnaître et de le dire à son enfant...

bureau de Gaelle

| Index | Avant | Archives |


Recherche sur le site
Recherche sur le web

créé par FreeFind

Valid XHTML 1.0! Valid CSS!

Hit-Parade